...pour une forêt vivante et habitée

Accueil > S’informer, Se former > Médiathèque > A lire > Printemps forestier cévenol (30) > La forêt comme bien commun : pour qui ? comment ?

La forêt comme bien commun : pour qui ? comment ?

Envisager la forêt comme un bien commun est une idée évidente pour certains, fumeuse pour d’autres. Dans tous les cas, il semble qu’une société qui se veut civilisée ne peut pas se contenter de traiter ses forêts simplement comme des gisements de matière première bois, ou comme des espaces entièrement déterminés par les choix et décisions des seuls propriétaires du sol. Mais qu’elle doit au contraire envisager et gérer la forêt dans toute sa complexité et ses usages (patrimoine naturel et culturel, chasse, activités récréatives etc), avec l’implication de tous les citoyens concernés.

Dans cette perspective, commencer par reconnaître que la forêt, en Cévennes et ailleurs, fait polémique. Comment alors sortir du seul mode « évitement - confrontation » ? Comment mettre autour de la table des gens dont les perspectives divergent, voire s’opposent ? Comment apprendre à s’écouter ?
Second point : une approche de type « bien commun » suppose des espaces de dialogue. Comment façonner et positionner ces espaces pour susciter un dialogue à la fois constructif et pertinent ? Quels prérequis à l’établissement du dialogue : proximité, pied d’égalité … ? Quels critères pour évaluer la qualité du discours produit ?

Les options pour concrétiser de tels espaces transparaissent aisément dans les initiatives locales qui traitent de la forêt :

  • regroupements de propriétaires forestiers (associations syndicales, groupements forestiers…) ;
  • commissions consultatives communales ;
  • Version 16 mai 2016 contact@sosforetcevennes.org p5/5
  • comités citoyens de proximité ;
  • associations environnementales ;
  • sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) ;
  • « cafés-forêt » etc

Troisième aspect : comment passer du seul dialogue à des formes de gouvernance collective ? S’agit-il de réformer la gouvernance collective établie, autrement dit le milieu politico-institutionnel, ou d’instaurer une sorte d’agora distincte et d’un type nouveau ? Dans ce second cas, comment articuler, ancrer correctement ce nouveau forum à la fois dans la société civile et dans le monde des institutions ?
Dans tous les cas, il semble essentiel de prévoir des modalités ou mécanismes permettant de :
concilier la sphère publique et la sphère privée ;
dépasser la répartition des prérogatives et responsabilités là où cette répartition est génératrice d’incompréhensions et de clivages (typiquement : la propriété foncière !)
cons
truire une compétence collective qui tire parti des compétences individuelles tout en évitant la domination par tel ou tel type d’expertise, groupe d’influence ou pouvoir décisionnaire.
Face à certaines tendances lourdes qui façonnent nos interactions (sectorialisation, individualisation, atomisation…), la forêt offre un formidable terrain pour (re-)faire société, et c’est en faisant société que les enjeux autour de la forêt peuvent être traités sur le mode du bien commun. Comment enclencher cette spirale vertueuse ?

Contacts :

Municipalité de Malons-&-Elze
Le Village 30450 Malons-et-Elze
malonsetelze(a)nordnet.fr
04 66 61 10 94

Collectif SOS Forêt Cévennes
La Lauze 07460 Banne
contact(a)sosforetcevennes.org
04 66 30 53 64

Voir aussi