...pour une forêt vivante et habitée

Accueil> A la Une> Une action géante pour dénoncer les coupes rases dans le Morvan

Une action géante pour dénoncer les coupes rases dans le Morvan


Ce dimanche 17 novembre, 550 personnes se sont réunies sur une parcelle de forêt privée dans l’Yonne, récemment défrichée, pour dénoncer les coupes rases dans le Morvan. Vu du ciel, ils ont formé un STOP géant :

Depuis une dizaine d’années, les coupes rases se multiplient et entraînent une disparition des forêts naturelles de feuillus (chênes, hêtres…) au profit de monocultures de douglas. Ces pratiques entraînent une transformation des paysages, une dégradation des sols, une érosion de la biodiversité et affaiblissent la capacité de stockage de carbone des écosystèmes forestiers.

Pour Sylvain Angerand, coordinateur de Canopée : « Ce qui se passe aujourd’hui dans le Morvan est une alerte pour l’avenir des forêts. Partout en France, de plus en plus de citoyens, d’associations et surtout de forestiers refusent cette industrialisation de la forêt. Cette action marque le lancement d’une campagne nationale pour mettre fin aux coupes rases ».

Face à ce phénomène, la contestation citoyenne est de plus en plus forte. Dans le cadre de la révision du parc naturel régional du Morvan, les élus locaux se sont engagés dans un bras de fer avec l’État pour tenter de réguler ces pratiques.

Au nom d’une commission d’enquête parlementaire et citoyenne sur les forêts, la députée Mathilde Panot a participé à cette action ainsi qu’à une visite de terrain et à une audition des acteurs locaux sur les forêts au café associatif « Le Carrouège » à Vauclaix le samedi 16 novembre 2019.

Plus de 18 000 personnes, soutenues par 28 associations nationales et locales, ont interpellé par une pétition Mme Elisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique pour lui demander de mettre en œuvre des actions rapides, et de faire évoluer le droit forestier pour mieux prendre en compte les attentes des citoyens.

Des demandes qui sont, pour l’instant, sans réponse.

Pour plus d’informations, voir les sites Web de SOS Forêt France et de Canopée Forêts Vivantes.